Découvrir la Guinée avec Fouta Trekking Aventure



Située en Afrique de l’ouest, la Guinée aussi appellée Guinée-Conakry est bordée par l’océan Atlantique avec plus de 340 km de côte. Son littoral lui permet de bénéficier d'un climat doux et tempéré mais connaît cependant d’importantes précipitations durant la saison des pluies de Juin à Octobre. Elle est bordée au nord-ouest par la Guinée-Bissau et le Sénégal, au nord-est par le Mali, à l’est par la Côte d’Ivoire, au sud-ouest par la Sierra Léone et au sud par le Libéria. La Guinée regroupe quatre ensembles naturels dont la Guinée Maritime ou Basse Guinée, la Moyenne Guinée ou zone du Fouta Djalon, La Haute Guinée et la Guinée forestière. La Guinée Maritime est située le long de l’Océan Atlantique et adossée au massif du Fouta-Djalon. Cette région est peuplée en majorité de Soussous. Ses rivages sur l’Atlantique sont verdoyants et découpés par de larges estuaires. Sa végétation est constituée de mangroves, palmiers et cocotiers et la côte est jalonnée de belles îles et de nombreuses plages tapissées de sable fin.
La Moyenne Guinée (Fouta Djalon), dont le mont Loura (1538 m) et le mont Tinka (1425 m) constituent les points culminants couvre environ un tiers du pays. La population est à majorité Peul et le climat y est doux.
La Haute Guinée, région des savanes où domine l’ethnie malinké, est arrosée par le fleuve Niger et ses nombreux affluents. Avec son climat sec, elle présente une végétation de savane typique.
La Guinée Forestière, essentiellement montagneuse dont le mont Nimba culmine à 1752 m et en grande partie couverte par la forêt primaire qui renferme de nombreux bois précieux. Cette partie du territoire regroupe plusieurs ethnies dont les Kissiens, les Tomas et les Guerzés.



La Guinée a la particularité d’engendrer ou d’alimenter un exceptionnel réseau hydrographique. De nombreux cours d’eau y prennent leur source et donne naissance à plusieurs grands fleuves comme le Niger et le Sénégal, ce qui lui a valu le nom, aux premiers temps de la colonisation, de « Rivières du Sud », et de nos jours celui de « Château d’eau de l’Afrique de l'Ouest ».
Ce magnifique pays qu'est la Guinée a un potentiel touristique riche et varié. Partir en Guinée, c'est partir à l'aventure dans un pays encore peu visité où l'on se sent privilégié de voyager ici. Sauvage, conviviale, attachante, la Guinée séduit par sa vie douce et tranquille.
Certes la capitale Conakry peut étouffer avec son agitation, sa pollution ou son niveau sonore mais dès que l'on s'aventure plus profondément dans les terres, le charme opère. La diversité des paysages saura vous combler et l'hospitalité des Guinéens ne pourra que vous éblouir.
La Guinée offre aux visiteurs des diversités géographiques, ethniques et culturels incroyable comme par exemple les îles paradisiaques de Loos et ses plages de sable blanc, les différents sites négriers, l'incontournable Fouta Djalon, la terre des Peuls, et ses magnifiques panoramas, La Haute Guinée, belle savane à explorer avec sa nature et ses animaux, la Guinée Forestière, paradis vert au traditions culturelles ancestrales.
Que dire de plus si ce n'est qu'il ne faut plus attendre pour partir explorer l'authentique Guinée qui fera de vos vacances des moments uniques et inoubliables !



Fouta Trekking Aventure vous propose des séjours en Guinée qui vous amèneront dans les sites les plus remarquables du pays (Conakry, les îles de Lôos, Kindia, la Haute Guinée, la Guinée Forestière, etc.) mais plus particulièrement à la découverte d'un massif oublié de l'Afrique de l'Ouest : le Fouta Djalon. Idéal pour la randonnée, c'est le royaume des forêts primaires, des rivières indomptées, des canyons et des chutes d'eau.
Le Fouta Djalon occupe environ 80 000 km2 et culmine au mont Loura à 1 532 m d'altitude. D'une incroyable richesse naturelle et culturelle, il est constitué principalement de plateaux étagés, entaillés par des vallées dominant plaines et savanes, de forêts sillonné par de nombreux cours d'eau, de grandes falaises d'où s'écoulent de nombreuses et magnifiques chutes.
A la découverte d'une Afrique paisible, verte et humide, berceau des grands fleuves africains et territoire de sites naturels époustouflants, Fouta Trekking Aventure vous emmène sur les pistes ancestrales, de villages en villages, entre cases traditionelles et paysages verdoyants, entre marchés colorés et piscines naturelles, à la rencontre du chaleureux peuple guinéen et de l'accueillant peuple Peul dont l'hospitalité invite au partage et à la découverte de leurs traditions.



Votre voyage en Guinée
à la carte

Faites nous part de vos envies et composez le circuit dont vous rêvez. Nous faisons le reste pour vous !

Demander un devis

Pourquoi choisir la Guinée ?

Un accueil et une hospitalité incomparable


La Guinée est sauvage, belle et encore préservée du tourisme de masse et de ce fait les relations avec les locaux sont empreintes de sincérité. Partout où vous irez, vous serez invité à boire un café ou partager un repas. Les rencontres avec les guinéens sont faciles et pleines de simplicité et le sens de l'accueil est encore une valeur largement partagée. Parce qu’un pays se découvre avant tout à travers ses femmes et ses hommes, vous serez surpris par l'hospitalité et l'accueil chaleureux de ses habitants et la simplicité et l'authenticité des échanges.

Une nature sauvage et des paysages exceptionnels


Entre mer, montagne, forêt, savane et Sahel, il y en a pour tous les goûts. Quelque soit la région, vous serez impressionnés par la beauté et la diversité des paysages. De la Basse Côte avec ses plages de sable blanc, sa mangrove et ses forêts de palmiers au massif du Fouta Djalon et ses cascades, ses falaises et ses panoramas grandioses en passant par La Haute Guinée composé de terre rouge, manguiers et forêts de karité ou encore la Guinée forestière peuplée d'animaux et de paysages sauvages, vous découvrirez, partout où vous irez, un pays à la beauté envoutante.

Une destination authentique sous le signe de l'aventure


La Guinée, encore peu développée au tourisme, offre tout ce que peut désirer le voyageur prêt à sortir des sentiers battus. L'imprévu est sans cesse présent et offre un lot d'aventures hors du commun. La Guinée réjouira tous les voyageurs en quête de nouvelles expériences tant par le sens de l'hospitalité de ses habitants, ses paysages extraordinairement variés, sa faune et sa flore sauvage ainsi que la richesse de sa culture. Conviviale, attachante, et préservée la Guinée offre ce qu'il y'a de plus authentique au voyageur : la nature et l'humain à l'état brut.

La Guinée en bref

Nom officiel : République de Guinée
Capitale : Conakry
Superficie : 245 860 km²
Décalage horaire : Le décalage avec la France est de - 1 heure en hiver (s'il est midi en Guinée, il est 13h en France) et de - 2 heures en été.
Code téléphonique : L'indicatif téléphonique du pays est le + 224.
Electricité : Les prises sont à 220 volts, comme en France. Les coupures de courant sont encore fréquentes et, en dehors des grandes villes, il n'y a pas souvent d'électricité.
Internet : Dans chaque quartier, vous trouverez de nombreux points Internet. Comptez minimum 2 500 FG la demi-heure et le double pour 1 heure. Dans les grands hôtels, Internet est en général disponible en wi-fi et compris dans le prix de la chambre.

Population totale : 11,8 millions d'habitants.
Langue(s) : La langue officielle est le français mais il existe plusieurs langues et dialectes parlés à travers tout le pays comme le soussou, le peul, le malinké, le kissi, le toma, etc.
Religions : 85 % de musulmans, 7 % d'animistes et 8 % de chrétiens.
Devise : La monnaie guinéenne est le franc guinéen, divisée en billets de 500 FG, 1 000 FG, 5 000 FG, 10 000 FG et depuis peu 20 000 FG.
Taux de change : 1 € = 10 000 FG (en novembre 2016). Les cours varient quasi quotidiennement à la baisse ou à la hausse. Il est conseillé de réaliser le change à Conakry car il peut-être difficile de changer son argent dans le reste du pays.
PIB/habitant : 1 100 $ (2013).
Carte Bancaire : les distributeurs d’argent sont encore assez rares, et leur fonctionnement avec une Mastercard n’est pas garanti. La carte Visa est acceptée dans la majorité des banques et constitue le meilleur moyen de retirer de l'argent mais il vaut mieux privilégier l’argent liquide étant donné qu'en dehors des grandes villes, il n'est pas si facile que cela de trouver à changer son argent ou de trouver un distributeur.
Visa : La Guinée exige un visa (de 1 à 3 mois) à tout visiteur étranger, exception faite pour les ressortissants de la CEDEAO. Le visa coûte environ 60 € (1 seule entrée) pour un mois et 90 € pour 3 mois (entrées multiples). Pour la constitution du dossier, on vous demandera une lettre d'invitation que nous pouvons vous fournir. Il faut joindre à la demande un formulaire de demande de visa, dûment rempli, que l'on peut retirer au consulat (de Paris ou de Lyon) ou télécharger sur le site de l'ambassade (www.ambaguinee-paris.org). Joindre à l'ensemble deux photos et une enveloppe timbrée (Chronopost, DHL ou express) pour le renvoi des documents. Le délai minimum d'attente est de 48 heures.
Il est nécessaire de posséder un passeport en cours de validité, au moins de 6 mois à compter de la date du retour.
Attention, pour entrer sur le territoire guinéen, la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire.
Vaccinations : Pour entrer sur le territoire guinéen, la vaccination contre la fièvre jaune est exigée. D'autres vaccins, sans être obligatoires, sont fortement recommandés : typhoïde, hépatites A et B, DTP. Un traitement antipaludéen est également vivement conseillé.
Paludisme : Sans être obligatoire, Un traitement antipaludéen est vivement conseillé. De même, un répulsif (de type « Insect Ecran ») est préconisé, ainsi que des vêtements longs, des chaussettes et chaussures fermées pour se couvrir le matin et le soir.
Eau : vous pourrez acheter de l'eau potable partout en bouteilles ou en sachets (même dans les endroits reculés). Cependant lors de trekking, Même si l'on trouve des forages (eau potable) dans quelques villages, il faudra penser à emporter avec vous des pastilles de purification de l’eau (de type « Micropur ++ »).
Virus Ebola : Le 1er juin 2016, l'OMS a déclaré la fin de l'épidémie Ebola dans le pays. L'épidémie, qui a débuté deux ans plus tôt en Guinée forestière est désormais définitivement finie. la Guinée peut de nouveau se tourner vers l'avenir avec espoir, mais dans une vigilance permanente et renforcée.
Climat : Le climat de la Guinée est de type tropical avec une saison des pluies qui s’étend de juin à octobre et une saison sèche de novembre à mai. Mais ces deux saisons sont d'intensité et de longueur variables suivant la zone géographique.
Saisonalité : Selon la région, cela peut s'alterner mais en général, la haute saison touristique en Guinée dure de novembre à février.
Les mois d’octobre, novembre, qui marque la fin de la saison des pluies sont agréables du point de vue température, beauté des paysages qui sont encore très verts avec des chutes d’eaux impressionnantes. Les mois de mai et juin sont plus chaud, et le paysage plus sec. Entre décembre et février, le climat est sec et les températures agréables pour pratiquer la randonnée. A partir du mois de mars jusqu’au début de la saison des pluies en mai, les températures augmentent progressivement pour atteindre les 35°C. Dans le Fouta Djalon, les températures du fait de l’altitude sont souvent plus fraîches que dans les autres régions de Guinée. Il peut même faire un peu frais l’hiver (décembre, janvier et février) le soir, et une veste peut s’avérer utile. Quant à la température de la mer, elle est agréable toute l’année et se situe entre 23 et 28°C.
Topographie : La Guinée offre des paysages contrastés, allant des plages de sable aux massifs montagneux, en passant par de grandes savanes, striées de fleuves majestueux. On distingue quatre grandes régions naturelles : la Guinée maritime qui se caractérise par sa bande côtière, le Fouta Djalon par sa zone de plateaux et de montagnes, la Haute Guinée par sa savane et la Guinée forestière pour sa vaste forêt humide.
Introduction : L'histoire de la Haute-Guinée est marquée par les grands empires africains (Ghana, Mali et Songhaï), celle du Fouta-Djalon par la migration du peuple peul et celle de la Basse-Guinée par les contacts avec les premiers Européens avant que Sékou Touré n'inscrive le nom de Guinée sur l'atlas mondial.

Chronologie :
Vers 900 : Apparition de la population mandingue ; les Malinkés s'installent en Haute-Guinée et les Soussous en Basse-Guinée.
Du Xème au XIIème siècles : La Guinée fait partie du royaume du Ghana.
Du XIIIème au XVème siècles : La Guinée fait partie de l'empire du Mali.
Fin du XVème siècle : Les premiers Européens établissent des comptoirs de commerce sur la côte.
XVIIème siècle : Arrivée des Peuls dans le Fouta Djalon.
1814 siècle : Traité de Paris et hégémonie française sur les Rivières du Sud.
1891 : Les Rivières du Sud deviennent une colonie indépendante.
1875-1898 : Empire de Samory Touré en Haute Guinée.
1895 : La Guinée est intégrée à l'AOF.
1945 : Yacine Diallo est élu à l'assemblée constituante.
1958 : Sékou Touré devient président de la première république.
1984 : Mort de Sékou Touré et naissance de la deuxième république. Lansana Conté devient président et syli est remplacé par le franc guinéen.
1996 : Changement de gouvernement, Sydia Touré devient premier ministre.
1997 : Tentative de coup d'Etat et bombardement du Palais des Nations par les militaires.
1998 : Lansana Conté est réélu à la présidence de la République pour 5 ans et son principal opposant, Alpha Condé, est arrêté.
2001 : Référendum qui porte le mandat présidentiel de 5 à 7 ans et abolit les limitations liées à l'âge ou au nombre de mandats.
2003 : réélection du président Lansana Conté, l'opposition boycotte le scrutin.
2007 : Manifestation populaire qui tourne à l'émeute, nomination de Lansana Kouyaté, Premier ministre de consensus.
2008 : Nomination d'Ahmed Tidiane Souaré à la tête d'un gouvernement d'ouverture. la Guinée fête ses 50 ans d'indépendance. Lansana Conté est absent des cérémonies publiques en raison de son état de santé et décédera la même année. Le capitaine Moussa Dadis Camara s'autoproclame chef de l'Etat. Les putschistes, réunis en un Comité national pour la démocratie et le développement (CNDD), s'engagent à organiser des élections fin décembre 2010.
2009 : Massacre à la suite d'un meeting organisé dans le stade de Conakry, Dadis Camara est blessé.
2010 : Sékouba Konaté, succède à Dadis, nomme un gouvernement de transition et organise pour la première fois une élection présidentielle qui se déroule sans qu'aucun militaire ne soit candidat. Le président Alpha Condé est élu pour un mandat de 5 ans. Le nouveau chef de l'Etat guinéen est élu démocratiquement sur un programme de modernisation et de reconstruction progressive de la Guinée.
2015 : De nouvelles élections présidentielles aboutissent à la réélection d'Alpha Condé.
Cuisine loacale : La cuisine traditionnelle est à base de céréales et de tubercules : fonio, manioc, igname et taro. Ce n'est que plus tard, avec l'influence de l'Europe, que les habitudes culinaires ont changé, introduisant la consommation de pain et de riz. On distingue plusieurs plats typiques notamment le Riz au gras (C'est du riz cuit dans un bouillon de viande pour lui donner du goût et accompagné de quelques légumes bouillis de saison ainsi que d'un piment), le ragoût de mangue, le Foutti ou Soumbara lafidi (recette à base de gombos frais, d'aubergines blanches, de piment et de soumbara, le tout pilé ensemble et accompagné de riz et d'un soupçon d'huile de palme), le Kedjennou (poulet grillé cuit à la sauce tomate avec des oignons), le Maganyi (riz accompagné d'une sauce à base d'aubergines, poisson, crevettes et de soumbara), le Lakiri Kossan (plat typique du Fouta à base de couscous de maïs et de lait caillé), le Kétoun (spécialité du Fouta, c'est un mélange de manioc, patate et taro accompagné de poisson fumé et/ou de mangues), etc.
Boissons : Selon la région et suivant la période, différentes boissons sont consommées comme Le jus de baobab qui est en fait un mélange d'ananas et de fruit du baobab, le bissap qui est un jus d'hibiscus, le jus de tamarin ou le djindjian (jus de gingembre), boisson rafraîchissante et désaltérante, surtout consommée pendant la saison sèche. Partout dans le pays on trouve de la bière guinéenne Skol ou Guilux ou bien encore d'autres bières importées, des sodas et des jus de fruits pressés. En forêt, dans les villages, le traditionnel vin de palme, à l'odeur forte de fermentation est très consommé.
Les traditions artistiques guinéennes sont différentes suivant les régions. Dans le Fouta-Djalon, les Peuls, population islamisée et alphabétisée de longue date sont connus pour leurs dons architecturaux et musicaux ainsi que dans les arts corporels. Leurs constructions faites de gigantesques dômes de fibres végétales, qui servaient de mosquées et de résidences royales, et la coiffure à armatures en crête de leurs femmes les ont rendus célèbres.
Les Malinkés ont un style musical traditionnel caractérisé par le son de la kora, du balafon, du djembé, du doundoun et par la voix aiguë du griot.
Quant aux peuples de la forêt, ils sont connus pour leurs organisations secrètes. En début d'année, les forêts sacrées " libèrent " les femmes et les hommes qui se lancent dans des danses traditionnelles accompagnées par des krin (percussions en bois).
L'art et le rituel formaient, avant la colonisation, la base du contrôle social. Destinés à rythmer les différents âges de la vie de l'individu, ils visaient à l'épanouissement de l'homme et à son intégration dans la communauté.
La colonisation française puis la dictature de Sékou Touré ont consacrés la ruine du pouvoir rituel autochtone. Par la pratique de la démystification et des conversions forcées à l'islam en forêt et sur la côte, les structures traditionnelles ont été démantèlées, remplacé par un ensemble de traditions folkloriques.
Ils convient de noter que la musique à toujours une place prédominante en Guinée. La Guinée regorge de musiciens talentueux, chanteurs, groupes pop et ballets qui s'inscrivent dans un continuum culturel sous-régional plutôt que national. Les échos de Cuba dans la musique guinéenne sont particulièrement présents mais aussi quelques traits de rumba après le passage de Joseph Kabasele, Congolais du Zaïre d'alors, qui influença durablement la scène guinéenne. Le nationalisme de Sékou Touré a grandement encouragé les pratiques musicales, et certains groupes tel le Bembeya Jazz sont devenus des ambassadeurs du pays à l'étranger. La scène guinéenne des années 1960 était vibrante et diversifiée, avec des groupes émergents ou confirmés tels Keletigui et ses Tambourins, Balla et ses Balladins, les fameuses Amazones de Guinée, Camayenne Sofa, Lanaya Jazz, Horoya Band et Super Boiro.
Si l'énergie des ces années retombe un peu, d'exceptionnels musiciens continuent à marquer la scène guinéenne. Le plus connu d'entre eux est sans aucun doute Mory Kanté, dont la flamboyante carrière internationale a commencé dans les années 1980, favorisée par l'intérêt de l'Occident pour la world music. Mamady Keïta, djembéfola (joueur de djembés) et percussionniste hors pair, est considéré comme l'un des meilleurs. Il faut aussi mentionner les chanteurs Ibro Diabaté, ainsi que Camara Aboubacar, chanteur et joueur de kora, qui livrèrent quelques pépites. La plus traditionnelle des formations est sans aucun doute Les Ballets africains, dont le succès et la réputation semblent ne pas se démentir.
Dans un genre plus métissé, Momo Wandel Soumah, un trompettiste, a enregistré deux remarquables albums qui mixent musique traditionnelle et jazz. La scène plus récente n'est pas moins vivace : après une période rap et hip-hop, elle se replonge dans l'inusable reggae avec les talentueux Alpha Wess et Takana Zion, qui font parler de la Guinée sur les scènes internationales. En 2016, les artistes ou groupes au top s'appellent : Banlieuz'art, Azaya, Soul Bang's, Petit Kandja...